Imprimer

Les coups de cœur des bibliothécaires de Châtel-Guyon

Chaque mois, les bibliothécaires de Châtel-Guyon préparent une sélection de leurs coups de cœur.

Les livres sont disponibles et peuvent être empruntés directement à la Bibliothèque pour Tous de Châtel-Guyon aux horaires habituels :

  • Les lundis, mercredis et vendredis de 16h à 18h30
  • Samedi de 10h à 12h

Infos pratiques :

Centre de la Mouniaude – Avenue de l’Europe 63140 Chatel Guyon
04 73 86 12 46
bibliothequechatelguyon@orange.fr

Les romans

Libération – IMOGEN KEALEY

Pour les Alliés, elle est une farouche combattante de la liberté, une légende des opérations spéciales. Pour la Gestapo, elle est la Souris blanche et la personne la plus recherchée de France. Alors que le pays tente de s’extraire des griffes du nazisme, Nancy Wake, une jeune journaliste australienne, se retrouve rapidement à la tête d’un réseau de la Résistance marseillaise.

Traquée par le nouveau commandant allemand chargé de l’épuration de la ville, c’est pourtant l’homme qu’elle aime qui est arrêté. Nancy s’échappe de justesse en Grande-Bretagne, rejoint le Special Operations Executive et est parachutée en Auvergne, où elle combat les nazis aux côtés des maquisards.

Portrait de femme édifiant et roman historique palpitant, Libération fait revivre l’une des héroïnes méconnues les plus fascinantes de la Seconde Guerre mondiale dans toute sa puissance et sa complexité.

Les flammes de Pierre – JEAN-CHRISTOPHE RUFIN

« Rémy et Laure partageaient le sommet de Croisse-Baulet et, si modeste qu’il fût, il faisait pour eux de cet instant un moment inoubliable. Rémy connaissait trop la force de cette communion pour y mêler les gestes minuscules de l’amour. Il sentait que son désir était partagé, que cette émotion avait la valeur d’une étreinte et que Laure, pas plus que lui, ne pourrait l’oublier. Tout devait garder son ampleur, sa grâce. Les petites effusions, les maladroites caresses humaines, dans ces décors de lumière, d’espace et de vent, sont dérisoires et même insupportables. Il fallait laisser l’esprit se mouvoir sans contraintes. Le regard était suffisant pour exprimer l’émoi et celui de Laure parlait sans ambiguïté. Ils retirèrent les peaux de phoque des skis, réglèrent les fixations pour la descente et raccourcirent les bâtons. Puis, sans se hâter, l’esprit plein d’un moment qu’il était inutile de faire durer tant il était saturé d’infini, ils s’élancèrent dans la pente. »

L’eau rouge – JURICA PAVICIC

Croatie, 1989. Dans un bourg de la côte dalmate, Silva, 17 ans, disparaît durant la fête des pêcheurs. L’enquête menée par Gorki Sain fait émerger un portrait complexe de cette jeune fille qui prenait et revendait de la drogue. Quand le régime de Tito s’effondre, l’inspecteur est poussé à la démission et l’affaire classée. Seule la famille de Silva poursuit obstinément les recherches.

À travers ce drame intime et la quête de la vérité par la famille, L’Eau rouge déploie dans une grande fresque les bouleversements de la société croate : chute du communisme, guerre de 1991 à 1995, effondrement de l’économie et de l’industrie, statut des vétérans de guerre, explosion de l’industrie touristique et spéculation foncière, investissements étrangers et corruption… Ou comment les traumatismes de l’Histoire forgent les destins individuels.

La vérité sur la lumière – AUDUR AVA OLAFSDOTTIR

Dýja descend d’une lignée de sages-femmes islandaises. Seules sa mère et sa sœur y échappent : l’une travaille dans les pompes funèbres, l’autre est météorologue – naître, mourir, entre les deux quelques tempêtes.

Elle aide à mettre au monde son 1922e bébé, et note à quel point le plus difficile est toujours de s’habituer à la lumière. Alors qu’un ouragan d’une force inouïe menace l’île, elle apprivoise l’appartement mal fichu hérité de sa grand-tante, avec ses meubles qui font doublon, des ampoules qui clignotent sous la menace d’un court-circuit et un carton à bananes rempli de manuscrits. La transmission sera aussi littéraire, Tante Fífa ayant poursuivi le grand œuvre de l’arrière-grand-mère : recueillir les récits, pensées et témoignages des sages-femmes (« mères de la lumière » en islandais) qui parcouraient la lande sous le blizzard et dans la nuit noire. Aujourd’hui comme hier, le fil ténu qui relie à la vie est aussi fugace et fragile qu’une aurore boréale.
Sous la mansarde, au dernier étage de l’immeuble, un touriste australien égaré semble venu des antipodes simplement pour réfléchir. Décidément, l’être humain reste l’animal le plus vulnérable de la Terre.
Drôle, poétique et grave, le nouveau roman d’Auður Ava Ólafsdóttir est une splendeur.

Bande dessinée

L’adoption (Cycle 2, tome 3) – WAJDI

Originaire du Yémen, Wajdi a grandi dans l’horreur de la guerre. Une enfance brisée par les combats, les privations, les souffrances. Après de longs mois d’attente, Gaëlle et Romain accueillent enfin Wajdi chez eux. Méfiant, endurci par la force des choses et ne parlant pas un mot de français, l’enfant de 10 ans s’effraie des moindres bruits du quotidien et interprète mal les gestes les plus simples.

Les heureux parents adoptifs vont être très vite confrontés aux premiers « non » , aux premiers troubles de l’adolescence et aux premières rébellions. Wajdi a connu le pire, il va lui falloir du temps avant d’en accepter le meilleur.

Jeunesse

Quand papa n’est pas là – JORIS CHAMBLAIN

Quand papa n’est pas là, le chocolat est moins bon et le chemin de l’école plus long. Pourtant voilà l’occasion de tester d’autres jeux et d’autres recettes en attendant la fin de la semaine qu’il revienne.

Premier album jeunesse de l’auteur des «Carnets de Cerise» et de l’illustratrice de «Sorcières, sorcières» et «Enola et les animaux extraordinaires».

Plus d’infos sur le site de la Bibliothèque pour Tous