Imprimer

Jean-Marc Barr au Théâtre de Châtel-Guyon dans « La sonate à Kreutzer »

À la fois représentation théâtrale et concert classique, la pièce, jouée jeudi 30 janvier à 20h30 au Théâtre de Châtel-Guyon, unit la musique de Beethoven et la nouvelle de Léon Tolstoï. Avec Jean-Marc Barr dans le rôle du mari déchiré.

Rares sont les œuvres qui, comme cette nouvelle de Tolstoï, ont suscité autant de débats passionnés sur les questions du mariage, de la sexualité et du rôle dévolu aux femmes ! L’écrivain tourmenté et profondément déchiré a même ajouté une postface dans laquelle il clarifie sa position radicale, condamne l’amour charnel et prône un idéal chrétien de pureté et d’abstinence.

Dans cette nouvelle, un narrateur recueille la confession de Pozdnyshev, qui révèle avoir tué son épouse par jalousie et développe aussi son analyse sur cette issue tragique. La complicité unissant l’épouse et son professeur de musique, qui interprètent ensemble La sonate à Kreutzer de Beethoven, le rendit fou de rage. Au-delà du drame apparaissent les contradictions et la profonde hypocrisie d’une société volontiers décadente.

Avec sa barbe poivre et sel, Jean-Marc Barr incarne parfaitement cet odieux personnage, mais aussi celui de l’écrivain russe Léon Tolstoï, en particulier lorsqu’il fait face à Irina Dečermic dans le rôle de l’épouse. Cette pièce rassemble une équipe artistique qui se connaît de longue date : Jean-Marc Barr et deux excellentes comédiennes et musiciennes, Irina Decermić et Sonja Kalajić.

La pièce entrelace merveilleusement théâtre et musique, célèbre l’art à travers deux maîtres illustres – Tolstoï et Beethoven -, et invite à considérer avec sincérité cette question de l’amour conjugal, qui demeure socialement et intimement un enjeu majeur !

Créée en anglais, en 2014, à Belgrade, en Serbie, cette pièce apparaît comme un miroir tendu aux hommes, qu’elle fera sans doute plus réfléchir que les femmes. A l’heure où les mouvements féministes impulsent des dynamiques nouvelles au combat pour l’égalité hommes-femmes, cette adaptation de « La sonate à Kreutzer » apparaît comme une petite pierre à ce vaste édifice, qui reste à construire.

Infos pratiques : théâtre musical – jeudi 30 janvier 2020 à 20h30 au Théâtre de Châtel-Guyon

Tarifs : plein 30€ / réduit 27€ / abonné 25€

Durée : 1h10

Infos et réservations